AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Alfred de Musset

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gourourach'
The Best & the Grand Chef


Féminin Nombre de messages : 842
Age : 23
Emploi : Etudiante, Term S
Loisirs : Lire, écrire, pianoter (sur l'ordi ^^), jouer (au théâtre)
Livre préféré : Les cerf-volants de Kaboul, Le Grand Secret, 4 filles & 1 jean, Orgueil et Préjugés
Auteur préféré : Camus, Anouilh, Musset, Baudelaire, Vian, Barjavel
Film préféré : Volver, La Môme, The GodFather, La vie est belle...
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Alfred de Musset   Lun 15 Oct - 23:25

De nombreuses critiques de ses nombreuses oeuvres fleurissent sur le forum (j'ai d'ailleurs même l'impression que son fantôme s'est inscrit), alors j'ai jugé bon de poster une petite bio de ce grand auteur romantique du XIXe siècle !

Biographie :
Alfred de Musset appartient à une famille aisée, affectueuse et cultivée. Son grand-père était poète, et son père était un spécialiste de Rousseau, dont il édita les œuvres. La figure de Rousseau joua en l'occurrence un rôle essentiel dans l'oeuvre du poète. Il lui rendit hommage à plusieurs reprises, attaquant au contraire violemment Voltaire, l'adversaire de Rousseau. Il entre au collège Henri-IV à 17 ans - on y trouve encore aujourd'hui une statue du poète - et y obtient en 1827 le Prix de dissertation latine au Concours général. Grâce à Paul Fouché, le beau-frère de Victor Hugo, il fréquente dès l'âge de 17 ans le Cénacle, salon de Charles Nodier à la Bibliothèque de l'Arsenal. Il sympathise alors avec Sainte-Beuve et Vigny, et se refuse à aduler le «maître» Victor Hugo. Il moquera notamment les promenades nocturnes du cénacle sur les tours de Notre-Dame. Après s'être essayé à la médecine, au droit, au dessin, à l'anglais, au piano et au saxophone il fera preuve d'une grande aisance d'écriture, se comportant comme un virtuose de la jeune poésie. À 20 ans, sa notoriété littéraire naissante s'accompagne déjà d'une réputation sulfureuse alimentée par son côté dandy et ses débauches répétées dans la société des demi-mondaines parisiennes.

Musset tente sa chance au théâtre. Mais après l'échec de sa Nuit Vénitienne, l'auteur dit « adieu à la ménagerie, et pour longtemps » (Lettre à P. Calais), jusqu'en 1847. A cette époque, devenu alcoolique, il pouvait y revenir plus serein. En décembre 1832 paraît le premier Spectacle dans un fauteuil, qui se compose d'un drame, La Coupe et les Lèvres, d'une comédie, À quoi rêvent les jeunes filles ? et d'un conte oriental, Namouna. Musset exprime déjà dans ce recueil la douloureuse tension entre débauche et pureté qui domine son œuvre.

Il part en Italie, en compagnie de George Sand, voyage qui lui inspire Lorenzaccio, drame romantique qu'il écrira en 1834. Il publie alors les Contes d'Espagne et d'Italie. Mais Musset tombe malade et George Sand devient la maîtresse de son médecin, Pietro Pagello. Il rentre à Paris, où il fait jouer des comédies : Le Chandelier, On ne badine pas avec l'Amour, Il ne faut jurer de rien qui sont restées au répertoire du Théâtre-Français ; il écrit également des nouvelles en prose et la Confession d'un enfant du siècle, autobiographie à peine déguisée dédiée à George Sand. Il y transpose les souffrances endurées. De 1835 à 1837, Musset compose son chef d'œuvre lyrique, Les Nuits (Nuits de mai, d'août, d'octobre, de décembre), autour des thèmes imbriqués de la douleur, de l'amour et de l'inspiration. Ces poésies, très sentimentales, sont aujourd'hui considérées comme l'une des oeuvres les plus représentatives du romantisme français.

Bibliothécaire du ministère de l'Intérieur sous la Monarchie de Juillet, il est révoqué en 1848, puis devient bibliothécaire du ministère de l'Instruction publique sous le Second Empire. Il reçoit la Légion d'honneur le 24 avril 1845, en même temps que Balzac, et est élu à l'Académie française en 1852, après deux échecs en 1848 et 1850. De santé fragile (malformation cardiaque), mais surtout en proie à l'alcoolisme, à l'oisiveté et à la débauche il meurt le 2 mai 1857, quelque peu oublié.

Son frère aîné Paul de Musset jouera un grand rôle dans la redécouverte de l'œuvre de Musset, par la rédaction de biographies, la réedition de grand nombre de ses oeuvres...

Fimographie (je sais pas si on dit comme ça) :
"Les enfants du siècle", excellent film de Diane Kurys racontant la relation de Musset avec George Sand. Vraiment vivement conseillé !!!

Photos :
Dessin de Musset avec Sand, très sympa :
Photo de Musset :

_________________
L'écriteuse en chef Wink
I am the grand gourou of Dé-lire =D Tous à mes pieds Cool.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Alfred de Musset
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alfred de Musset.
» Premières poésies, Alfred de Musset
» Alfred de Musset
» LORENZACCIO d'Alfred de Musset
» Alfred de Musset / A Mademoiselle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dé-lire ! :: Critiques :: Auteurs-
Sauter vers: