AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelle de marion...alias LLA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
la lectrice aventurière



Féminin Nombre de messages : 259
Age : 23
Loisirs : La lecture bien sur, cinéma, téléphone, perles, ordinateur, musique, théâtre :)
Livre préféré : La vie blues
Et si c'était vrai
L'île des gauchers
Révélation
Lettres de l'intérieur
Auteur préféré : Marc Lévy
Anna Gavalda
Paulo Coelho
Film préféré : Le roi lion
Pirates des caraïbes
Quand Harry rencontre Sally

Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Nouvelle de marion...alias LLA   Jeu 31 Jan - 21:32

Je suis à ma recherche






« La lettre qui se trouvait dans ce livre de la bibliothèque rose n’était pas destinée à être lue par un enfant. »

Ecrivez une suite de texte d’environ une copie double. Humm il est marrant lui, il nous donne ça comme ça sans prévenir. Evidemment ma copie est blanche, pourquoi ? Parce que. Je regarde les autres élèves de la classe, ils écrivent à une vitesse impressionnante, certains relèvent la tête et mordillent leur stylo, cherchant à droite à gauche, le regard affolé. Puis ils se replongent dedans. A côté de moi, personne, une place vide. Pourquoi ? Parce que. Troisième table sur la gauche, les coudes sur la table, le regard passant un à un sur tous les élèves, je les déshabille du regard, les consulte puis les rhabille. Puis enfin, là, assis à son bureau, dominant les élèves, le professeur. Le regard sur la montre, il indique « res-te tren-te-cinq mi-nu-tes ». Puis ses yeux perçants viennent me fusiller du regard, ils descendent sur ma feuille et remontent lentement le long de mon corps, et enfin ils trouvent mes pupilles. Là, un combat terrible s’engage, nous sommes tous les deux sur un ring, face à face, lequel détachera ses yeux en premier ? Soudain un des élèves appelle le professeur. Ce dernier tourne la tête, détournant son regard du mien, un dernier air méprisant envers moi. Un professeur de français, j’ai toujours détesté ça le français… Quel intérêt a donc cette matière si inutile ? Rien que d’y penser ça me fatigue… D’ailleurs pour moi le français ressemble à l’anglais qui ressemble lui-même à l’espagnol… Tant de matières inintéressantes au possible… Déjà que les élèves ont du mal à comprendre leur propre langue, ce charabia qu’est la langue française, je me demande comment ils font… Seules les matières scientifiques m’intéressent vraiment, c’est tellement différent car là au moins il y a un raisonnement logique. Les nombres sont ordonnés, tout est si simple. Mais en français… La cloche sonne enfin, les élèves s’empressent de finir d’écrire, le professeur passe pour ramasser les copies, je me lève et pose la mienne, où figure simplement mon nom, sur son bureau. Il lit le nom et relève la tête « évidemment, toi, toujours toi… ». Juste ces mots. Moi je sors de la pièce, l’allure nonchalante, maugréant un faible au revoir et me dépêchant d’aller rejoindre mon chez-moi. Je ne prends jamais le bus… Pourquoi ? Parce que. Je rentre chez moi, errant parmi les rues, fuyant tout être ressemblant de loin ou de près à quelque chose d’humain, je me sens comme une fourmi dans la demeure d’un géant. Tout est si grand, si insignifiant à mes yeux… Puis j’arrive chez moi. Il est 18h30, j’enfonce la clé dans la serrure et j’ouvre la porte. Je n’entends pas un bruit, ah si, au loin un ronflement paisible, est-ce un ronflement ou bien le fruit de mon imagination ? Je n’en sais rien mais je préfère me dire qu’il s’agit de la respiration coordonnée et parfaite de mon père… Ah mon père, seule personne qui m’élève travaillant la nuit sur un métier inconnu, cela ne m’intéresse pas d’en savoir plus, à quoi bon ? Alors bien que nous partagions la même maison, nous sommes comme deux êtres inconnus. Résultat il dort la journée de 5h30 jusqu’à 23h. Je ne le vois jamais. Donc là, je fais le moins de bruit possible. Je pose mon sac sur la table et m’installe, je fais mes devoirs. Enfin je fais ceux que j’ai notés : Mathématiques, Physique-Chimie. Quelques minutes et ils sont finis, rien de bien compliqué, je range mes affaires, je monte mon sac sans bruit. Je descends et puis je vais à la cuisine. J’ouvre le frigo et sors une assiette froide avec un mot de mon père : « je t’ai mis une salade composée et un restant de pates ». C’est tout, rien d’autre. Quelques mots, c’est tout. Je sors l’assiette, fais chauffer les pates et je prends mes couverts . Je commence à manger, je suis dans le noir. Enfin pas un noir total, la fine lumière de la Lune parvient jusqu’à moi et me caresse la joue. Dehors, rien, le vide, un silence complet. Je ferme les yeux et déguste. Je savoure ces moments avec plaisir tout comme on savoure un fin chocolat. Puis je fais rapidement la vaisselle, et je vais dans ma chambre sur la pointe des pieds, le mot de mon père dans la main. J’entre, c’est une chambre très banale composée d’un lit, d’un bureau et d’une armoire. Sur les murs, des petits mots sont punaisés. Tous de la même écriture, celle de mon père, une écriture d’un homme pressé, on voit que les lettres sont mal formées, et d’ailleurs certains mots sont de vraies énigmes ! Je punaise celui de ce soir dans un coin libre, puis, sans me mettre en pyjama, je m’allonge sur mon lit. Je ne défais pas les couvertures et je m’endors, pourtant il est 20h je sais bien. Je n’ai pas sommeil. Mais je m’endors. Pourquoi ? Parce que.

6h30 du matin, mon père est déjà parti sans rien dire, sans même laisser de mot. Je me lève et vais à la salle de bain. Je me lave, une douche glacée pour me rafraichir. Je m’aperçois que j’ai gardé mes habits. Tant pis, je sors de la douche et sans prendre la peine de m’essuyer je prends mon sac et sors. Je marche longtemps et arrive au lycée à 8h. Je suis encore un peu mouillé, tant pis. Les élèves ne prennent plus la peine de me dévisager, je suis invisible et ça me plait. Nous avons deux mondes différents. Moi je me cherche, je cherche mon identité, je cherche qui je suis. Je n’en sais rien. Suis-je encore une espèce humaine ? Bonne question… Je suis simplement une personne différente des autres. Pourquoi ? Parce que. Et voilà que recommence mon interminable journée de cours. Enfin, lorsque je m’échappe dans mon cours de mathématiques ou dans celui de physique, je suis moi tout simplement. Le repas, quel repas ? Je ne mange jamais le midi, j’ai faim oui mais je ne mange pas. Je refuse de me mélanger à ces imbéciles, tous ces élèves. Pourquoi ? Parce que. Ma journée finie je décide de ne pas rentrer chez moi, je sors de l’enceinte pesante du lycée et dépose mon sac devant la grille puis je pars. En fait je cherche, oui je cherche mais quoi ? Je ne le sais même pas. Je me surprends à vouloir suivre un homme. Il est assez grand, le dos un peu courbé. Je le reconnais très vite, c’est lui, mon professeur tant détesté, ce professeur de français. Je le suis jusqu’à chez lui. Il habite un appartement délabré, en plein centre-ville. La tentation est trop grande, je ne suis qu’à quelques mètres de lui mais il ne me voit pas, enfin c’est ce que je pense. L’immeuble n’a même pas un code de sécurité. Il entre, moi à sa suite. Et je monte les marches derrière lui, je ne fais aucun bruit, tout comme chez moi. Il ouvre sa porte, une vieille porte grinçante et se retourne. Je ne m’y attendais pas, je sursaute, trébuche et je le regarde. J’ai honte, que va-t-il dire ? Il ne dit rien, me fait signe de le suivre. J’entre dans sa demeure, masquant mes émotions. Il me fait asseoir sur son canapé, se met en face de moi et me regarde. Je le fixe et observe ses yeux, j’observe ses émotions, j’observe sa maison. Aucune expression sur nos deux visages. Il ne prononce qu’une phrase, une seule « la lettre qui se trouvait dans ce livre de la bibliothèque rose n’était pas destinée à être lue par un enfant… » et il répète cette phrase. Je vois ma vie qui défile et m’aperçois que je ne sais rien de mon enfance, je ne connais que mon adolescence, mon plus lointain souvenir date de mes 13 ans, le jour où j’emménage dans ma maison avec mon père. Je ne me souviens de rien d’autre et cela me trouble d’un coup. En face de moi, il répète sa phrase inlassablement. Il la rabâche et finalement s’arrête. Sa voix est dure, il semble qu’il me dit quelque chose au travers de ses mots. Je tourne la tête et je me lève, sur une petite table se trouvent des images. Des photos et je reconnais quelque chose de troublant. C’est moi qui suis là, dans chacune de ces photos. Je me vois jouant sur la plage, riant avec…mon père. Je regarde cette image et je vois que mon père, mon vrai c’est lui. Ce professeur que j’ai tant détesté serait mon père. Je refuse mais c’est trop tard, qu’ai-je fait, pourquoi suis-je ici ? Que s’est-il passé durant mon enfance ? Je continue de regarder les photos, et au bout d’un certain temps mon « père » s’approche de moi et me touche l’épaule. Je tourne la tête et le regarde dans les yeux. Des larmes coulent sur ses joues, il tient les miennes et pleure. Je me détache de lui et le fixe durement puis je suis attiré par un livre sur une étagère, un livre de la bibliothèque rose. Je fixe ce livre et en tremblant, je tends la main et l’attrape. Je l’ouvre et découvre une lettre. C’est une lettre qui m’est destinée. Soudain je me revois, cette lettre-là dans la main, quelques années auparavant. La tête me tourne et je m’assois soudainement. Je me sens si lourd, tout s’éclaire dans ma tête. Et je la relis, cette lettre, je redécouvre la vérité. Je me souviens et je la lis en murmurant, afin que ces mots atteignent l’homme à mes côtés :
Mon chéri,


Il est temps que tu connaisses la vérité, la vraie. Ta mère n’est pas morte dans un accident de voiture comme je te l’ai raconté, tu vas avoir du mal à l’entendre mais ce secret est trop gros. Au moment où je t’écris tu es dans ton berceau, tu n’as que quelques heures et allongée sur le sol, git ta mère. Son sang a coloré le tapis. Oui c’est moi qui l’ai tuée je sais. Mais elle ne se sentait pas de te garder, de t’élever. Elle voulait t’emmener dans un foyer et j’ai refusé, elle a hurlé et je l’ai faite taire en la serrant contre moi, je l’ai tenue par le cou et désormais elle ne dit plus rien. Maintenant je vais aller simuler un accident de voiture, elle va se consumer et ta mère avec. Plus de trace, rien. Nous allons vivre heureux tous les deux, je vais t’élever avec amour, tu ne manqueras de rien je te le promets.
Ton père qui t’aime.


En lisant ça je comprends. Tout me revient, j’ai fui ma maison car j’étais tombé par hasard sur cette lettre. Je me suis réfugié dans les rues, un homme chaleureux m’a récupéré et je suis allé vivre avec lui. Et j’ai oublié tout simplement. En oubliant ça je me suis réfugié dans un monde à part et de son côté mon père s’est arrangé pour devenir mon professeur. Je comprends alors cette haine que je lui voue. Je relève la tête et des larmes coulent sur mes joues. Je le regarde et dis « il est temps de venger maman ». Je m’approche de lui, le prends dans mes bras. Mes mains remontent à son cou et là je serre, je force comme jamais. Il se laisse faire, m’accordant un dernier sourire. Je sens que sa respiration s’arrête, j’entends le bruit des os qui craquent. Je ris alors d’un rire sombre comme le silence qui a enveloppé l’appartement. Je lâche prise et son corps tombe au sol. Il n’est plus. Je sors de l’appartement et je rentre chez moi.

Ma vie reprend son cours par la suite, mais désormais je sais qui je suis, je me suis enfin trouvé. Suite au meurtre je n’ai rien ressenti, pourtant ce que j’ai commis est horrible. Peu m’importe… Cela me paraît si lointain, désormais. Pourquoi y penser ? Pour m’en vouloir. Mais pourquoi m’en vouloir ? Quel intérêt y a-t-il à cela ? Et puis ai-je une raison de m’en vouloir? Pas vraiment… Alors je vais oublier tout simplement… Mon père a été retrouvé mort. La police n’a pas enquêté, il a été enterré, et oublié de tous. Au lycée tout le monde pense qu’il est parti à la retraite, personne n’a rien dit. Je ne me mélange toujours pas aux autres mais qu’importe. Je vis.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://x-carpillette-smile-x.skyrock.com
Napoléonne004



Féminin Nombre de messages : 32
Age : 23
Date d'inscription : 25/11/2007

MessageSujet: Re: Nouvelle de marion...alias LLA   Mer 2 Avr - 16:08

Magnifique j'adore !! T'as raison t'es la best ... de l'écriture !! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gourourach'
The Best & the Grand Chef


Féminin Nombre de messages : 842
Age : 23
Emploi : Etudiante, Term S
Loisirs : Lire, écrire, pianoter (sur l'ordi ^^), jouer (au théâtre)
Livre préféré : Les cerf-volants de Kaboul, Le Grand Secret, 4 filles & 1 jean, Orgueil et Préjugés
Auteur préféré : Camus, Anouilh, Musset, Baudelaire, Vian, Barjavel
Film préféré : Volver, La Môme, The GodFather, La vie est belle...
Date d'inscription : 09/01/2007

MessageSujet: Re: Nouvelle de marion...alias LLA   Ven 4 Avr - 23:19

SELECTIONNE POUR UNE DEUXIEME LECTURE !!!!!!!




BRAVO A TOI MARION, T'ES VRAIMENT LA BEST !!!!!! ^^"


T'AS TOUT POUR GAGNER MAINTENANT !!!!!!!!!

_________________
L'écriteuse en chef Wink
I am the grand gourou of Dé-lire =D Tous à mes pieds Cool.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mallice



Féminin Nombre de messages : 21
Age : 22
Livre préféré : Harry Potter ; Océania ; Fascination...
Auteur préféré : Pierre Bottero ; JK Rowling...
Film préféré : Titanic, Narnia, Pirates des Caraïbes...
Date d'inscription : 20/11/2007

MessageSujet: Re: Nouvelle de marion...alias LLA   Jeu 10 Avr - 19:21

Wahhhhhhh!!! Bravôôôôô!!! Bon, j'avoue, je l'ai pas lue plus tôt... Et j'aurais dû, parce que franchement, elle est super cette nouvelle... Vachement bien écrite et tout... Sa mérite bien une 2ème relecture^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://missbutteerfly004.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelle de marion...alias LLA   Aujourd'hui à 4:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelle de marion...alias LLA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bonjour, Moi, Marion alias Cali
» nouvelle position amoureuse
» Nouvelle chaîne: Max TV
» Nouvelle habillage pour TMC et 16/9
» La nouvelle voiture "Ratatouille" dans Disney's Stars'n'Cars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dé-lire ! :: Autres :: Archives dé-livresques :: Lecteur du Val 2008-
Sauter vers: